Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 15 | newer

    0 0
  • 09/05/12--18:33: Jamaat-e-Islami (JEI)
  • Profils / Profiles

     –

    Articles

    Point de Bascule (3 septembre 2012) : Un parti islamiste du Pakistan associé aux Frères Musulmans prône de modifier la constitution pour rendre le port du hijab obligatoire

    Références / References


    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    Institut du Nouveau Monde (5 novembre 2009) : L'INM se dissocie publiquement de Tariq Ramadan et de son organisation Présence Musulmane

    Ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles du Québec (5 novembre 2009) : Le MICC se dissocie publiquement de Tariq Ramadan et de son organisation Présence Musulmane

    – PM (2010) : L’organisation Présence Musulmane annonce qu’elle met fin à ses activités dans la région de Montréal

    – Présence Musulmane (15 août 2012) : Présence Musulmane présente une conférence de Tariq Ramadan à Montréal

     


     


    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    – CAIR-Canada (October 9, 2002): Announcement of the publication of its Journalist's Guide to Islam

    – CFM & CAIR-Canada: A Journalist's Guide to Islam (version published in 2003)

    – Sheema Khan (December 16, 2003): Sworn statement to the effect that CAIR-CAN is controlled by CAIR (USA)

    – CAIR-Canada (September 10, 2004): Systematic resorting to op-eds

    – CAIR-Canada: Annual Review 2004-2005

    – David Harris (April 24, 2006): CAIR-CAN Assault On Free Expression

    – GMBDR (January 2007): Extremism and the Council of American-Islamic Relations

    – Tarek Fatah (Calgary Herald – December 11, 2008): CBC and Jihad

    – IPT News (29 janvier 2009): Le FBI a coupé tout contact avec CAIR en raison de ses liens avec le Hamas

    – David Harris (July 15, 2009): Harris Condemns Islamist CAIR-CAN and its Apologist, the Taxpayer-Funded Centre for Faith and the Media

    – Goldhawk Live (CPAC – October 31, 2010): Hillary Homes from Amnesty International (AI) and David Harris discuss the relationship between AI and CAIR-Canada

    – Goldhawk Live (CPAC – 10 novembre 2010) : L'émission Goldhawk Live aborde les relations entre CAIR-Canada et Amnistie Internationale

    – CFM & CAIR-Canada: A Journalist's Guide to Islam (version used in 2012)


    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    – Point de Bascule (10 janvier 2012) : Des organisations islamistes subventionnées ont transféré des centaines de milliers de dollars vers le collecteur de fonds du Hamas au Canada

    – Point de Bascule (10 janvier 2012) : Graphique / Transferts financiers vers IRFAN et le Hamas par des organisations des Frères Musulmans financées par le gouvernement fédéral

    – Point de Bascule (January 10, 2012): Chart / Financial Transfers to IRFAN and Hamas from Muslim Brotherhood Organizations Funded by Canada’s Federal Government

    – Point de Bascule (10 janvier 2012) : Transferts indirects de 5 organisations des Frères Musulmans subventionnées par le gouvernement du Canada vers IRFAN et le Hamas

    – Point de Bascule (January 10, 2012): – Indirect Transfers from 5 Muslim Brotherhood Organizations Subsidized by the Government of Canada to IRFAN and Hamas

    Références / References

    – Canada Revenue Agency: IRFAN-Canada: Links to Hamas (GlobalPhilanthropy.caArchives PdeB)

    – Canada Revenue Agency: Backgrounder on Hamas (GlobalPhilanthropy.caArchives PdeB)

    – Canada Revenue Agency (1998-2000): Correspondence Relating to Jerusalem Fund Application for Charitable Registration (GlobalPhilanthropy.caArchives PdeB)

    – Point de Bascule (7 avril 2009) : Ekrima Sabri invité au Centre Laurentien de la MAC par IRFAN-Canada



    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    – Point de Bascule (10 janvier 2012) : Des organisations islamistes subventionnées ont transféré des centaines de milliers de dollars vers le collecteur de fonds du Hamas au Canada

    Références / References

    – L'Express (Ottawa – 25 août 2008) : Le Festival musulman d’Ottawa sous le signe de la diversité

    – Muslim Link (Ottawa – September 2008): Gatineau Mosque is open

    – CIO (August 2010): Prayer leaders at the Gatineau Mosque


    0 0

     

    Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    – AÉMUL (2009) : Imed Jarras annonce la venue d’Ekrima Sabri et d’autres islamistes aux Journées islamiques de Québec organisées par l’AÉMUL


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Jamaat-e-Islami provides a lawyer to Ahmed Said Khadr after he is charged with involvement in a bombing in Pakistan

    Author: John Stackhouse
    Source: The Globe and Mail, January 16, 1996, p. A10

    Original title: Pakistan reveals charges against Canadian Ahmed Said Khadr under investigation regarding terrorist bombing, government says

    Pakistani authorities said yesterday they have charged a Canadian aid worker with "aiding and abetting terrorists," and have asked for assistance from Canadian government agencies to investigate any links to extremist groups in Canada.

    A senior Pakistani official said the government charged Ahmed Said Khadr last month with involvement in the November bombing of the Egyptian embassy in Islamabad that killed 16 people and injured 60. The charge was laid on Dec. 10 but made public only yesterday.

    The penalty in Pakistan for terrorist activities is death.

    "There are specific charges of aiding, abetting and financing terrorists, and terrorist activities," said Sayed Iqbal Haider, a Pakistani senator who serves as the government's human-rights spokesman.

    He said Mr. Khadr would be brought to trial, although it could take another six months to complete the investigation. He added that Mr. Khadr, who has been in hospital under judicial remand for six weeks, will be moved to a jail when his health permits.

    The aid worker began a partial hunger strike, consuming only liquefied food, when he was detained in the first week of December.

    Although Pakistani officials insisted that charges were laid on Dec. 10, officials at the Canadian High Commission in Islamabad said they were told through December and early January that "charges were pending."

    During a two-day trade mission to Pakistan, Prime Minister Jean Chretien said he discussed Mr. Khadr's case with Pakistani Prime Minister Benazir Bhutto to "make sure respect of the laws and due process would be followed and the person would be treated in a reasonable fashion."

    Mr. Chretien is scheduled to meet briefly with Mr. Khadr's wife, Maha Elsamnah, today in Islamabad.

    The Prime Minister said he was not aware of Canadian agencies joining the investigation but added it would not be unusual.

    "I have no knowledge of anything there, but it is normal when there are acts of terrorism in any country in the world they ask other countries for information," Mr. Chretien said. "If we have information, we try to help them."

    Mr. Haider, the human-rights spokesman, dismissed suggestions by Mr. Khadr and his family that the Egyptian-Canadian had been denied justice. "We have acted in accordance with the law" and his nationality "is immaterial," Mr. Haider said.

    The government insisted it produced Mr. Khadr before a magistrate on Dec. 10, one week after his arrest in the northwestern city of Peshawar.

    "There is not an iota of truth that he has been illegally held," Mr. Haider said.

    Mr. Khadr has alleged he was physically harassed in his initial days in custody. Police, he said, blindfolded him and pulled his hair during questioning.

    "There is no truth at all in the allegation of any kind of torture or harassment," Mr. Haider said.

    Speaking to Canadian reporters in Islamabad, Mr. Haider provided the first details of the government's evidence against Mr. Khadr. He said the aid worker ran an unspecified business with branches in Islamabad, Lahore and Lebanon, which he alleged could have been a "cover" for financing terrorist activities.

    "He's lying. I've never been to Lebanon in all of my life," Mr. Khadr said from his hospital bed yesterday. "I've never seen it."

    Mr. Khadr said he was caught in "a political game" between Pakistan and Egypt.

    Mr. Haider alleged Mr. Khadr gave several extremist speeches in Canada in 1992 and 1993 while he was on medical leave, following a land-mine accident in Afganistan.

    "He has been having, according to our information, very dubious activities in Canada as well," Mr. Haider said.

    The Pakistani official said Mr. Khadr had used the Western media to build sympathy for his situation.

    "This is a new tendency and trend among the staunch extremist terrorists that . . . when any of them is arrested, especially in Third World countries, there is this hue and cry about violation of human rights," Mr. Haider said.

    Ms. Bhutto's government has been sharply criticized by several international and Pakistani human-rights organizations for blatant human- rights violations. Indeed, several of Ms. Bhutto's harshest political opponents are being held without trial in her home province of Sindh.

    The Pakistani government said it found links between Mr. Khadr and Islamic fundamentalist groups in Sudan and Egypt, which it believes were behind the November suicide bombing.

    Mr. Khadr was assigned legal counsel last week by the Jamaat-i-Islami, the main political party of Pakistan's fundamentalist movement.

    The government says Mr. Khadr was carrying 750,000 rupees ($29,000) when he was detained by police on Dec. 3 in Peshawar. Mr. Khadr said he had taken the money to a project in Afghanistan to pay for salaries and supplies, but when he found the work unsatisfactory he returned to Peshawar with the cash.

    Most aid workers would be unwilling to cross the border into Afghanistan with large quantities of cash.

    Police also found $10,000 (U.S.) in Mr. Khadr's house in Peshawar.

    Mr. Khadr had arranged a marriage between his 16-year-old daughter and Khalid Abdullah, a prime suspect in the bombing.

    During their trade-related meetings yesterday, prime ministers Chretien and Bhutto also discussed the India-Pakistan dispute in Kashmir.

    "It's a problem that existed before I arrived," Mr. Chretien said. "It is a problem that is 50 years old. There was no pretension on our part that we have the solution. We want a dialogue between Pakistan and India, and if we can be an instrument in the dialogue so much the better."

    Ms. Bhutto said Canada's support for elections in Indian-administered Kashmir, before a plebiscite on the state's sovereignty, would not jeopardize commercial relations with Pakistan.


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Bilal Philips acknowledges that sharia commands the killing of homosexuals and hopes for the day that it will be applied in Canada

    Original address: http://www.calgaryherald.com/life/Corbella+Cleric+prompts+feelings+gratitude+Canada/6866841/story.html

    Author: Licia Corbella
    Source: Calgary Herald, June 30, 2012

    Original title: Corbella: Cleric prompts feelings of gratitude for Canada

    I did everything right, or so I thought. After walking through the big main doors of the Akram Jomaa Islamic Centre in northeast Calgary on Friday it became obvious I was in the wrong place, as I was the only woman in sight.

    So I walked back outside a little further south and followed some women into another door. Like everyone else, I took off my shoes, placed them neatly on the shelf and climbed the stairs. I sat down on the carpeted floor with convenient stripes that make it easy to ensure those in attendance sit facing Mecca, where I could watch through a glass balcony the men and boys gather below for prayers and to listen to controversial Muslim cleric, Bilal Philips of Toronto.

    A kindly older woman offered me a head scarf. I respectfully put it on, despite the heat. A few minutes later, however, an angry greyhaired man in a plaid shirt walked into the women's area, came up to me and another female reporter from a different Calgary paper and insisted we leave. "No media allowed," he barked.

    "You don't support us, we won't support you," said the man in plaid.

    It was a strange occurrence, particularly since I had been invited to attend the event by both Bilal Philips himself, who sent me two complimentary tickets to the conference called: Power of Unity - Islam in a Multicultural Canada, taking place this entire weekend, as well as by Abraham Ayache, chairman of the Muslim Council of Calgary, who was putting on the event.

    During an interview on June 6, Ayache told me no one had ever been kicked out any of the Sunni mosques run by the Muslim Council of Calgary. I guess I very nearly became the first.

    Eventually Nagah Hage, the conference committee chair, was summoned and he granted us permission to stay just in time for prayers to start.

    Philips, a Saudi-educated cleric, was born in Jamaica and raised in Ontario, where he converted to Islam. He is considered controversial because he is on the record saying that all male homosexuals should be killed for their deviant behaviour.

    He is not the only contentious speaker on the agenda. Munir El-Kassem, a dentist from London, Ont., wrote a column back in 2001 that criticized the West as hypocritical and defended the medieval and murderous Taliban for destroying the sixth-century Buddha statues in Bamiyan. Shaykh Hatem Alhaj lost his job recently at the Mayo Clinic because he wrote papers in support of female genital circumcision, which is illegal in North America. He later clarified his position by saying he only supports nicking the clitoris, not cutting it right off.

    Shortly after his sermon about the importance of gratitude, Philips clarified his views on homosexuality in a one-on-one interview.

    In short, he only thinks homosexuals should be executed in Muslim countries and only after four people have witnessed the homosexual act.

    "The media tends to take my words out of context," Philips said. "If you go back and view the lectures in which I spoke about this, those lectures were basically in defence of the sharia - the Islamic law.

    "So, in explaining there that homosexuality, adultery, these are both punishable by execution where there is incontrovertible evidence, they have to have been witnessed by four trusted people in society. That is sufficient then to bring that punishment on them in a Muslim country where the sharia is applied," he explained.

    "This is not a controversial thing for me," he added. "No Muslim who knows Islam would say otherwise," he said.

    When it was pointed out that the Qur'an was written 1,400 years ago and things have changed, Philips said this judgment against homosexuals would "remain the law until the end of this world according to our belief. It will never change."

    Nevertheless, that evening, Philips intended to lecture about how while the "Muslim identity has to be preserved. . . . Muslims have to respect the laws of their host countries they live in."

    That's why, he said, "I would never advocate here in Canada the execution death penalty for homosexuals. I would never do so," Philips added.

    It's a small mercy but a mercy nonetheless.

    While Philips wouldn't shake my hand for religious reasons - he was charming, open and warm. When asked if he hoped that Canada would one day be governed by sharia, he said yes.

    "If the majority of people become Muslims that is our hope," but he said it was highly unlikely.

    When asked why if Islamic law is the ideal, why do so many people who live in Muslim countries want to move to Canada, the U.S. and other western democracies, Philips said most Muslim countries do not operate under sharia.

    He named Saudi Arabia, Iran and Sudan as good examples of where sharia is "applied to a large degree."

    Hardly bastions of equality, fairness, freedom, enlightenment, education and prosperity. Frankly, Philips made my point for me.

    We were sitting in the large gym that was filling up. The session called "Justice for All - Why Muslims are always profiled" was ready to start. Aman Elvi, a Canadian Security Intelligence Service agent and Raj Sharma, a Calgary immigration lawyer were going to speak and I was asked to leave - again. I was told CSIS didn't want me to be present, but when I called CSIS communications in Ottawa I was told that it was the event organizers who established the parameters and "closed this event to the media."

    And so, this time I really was kicked out of the event I was told was open to all.

    And so I reflected on Philips' sermon on gratitude as I left. I was grateful for the sunshine, for the Tim Hortons across the road, for the kind women I met and on this Canada Day weekend, I was grateful most of all for Canada - for our parliamentary democracy and the rule of law that protects us all. I will forever stand on guard for thee.




    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    – Licia Corbella (Calgary Herald – June 30, 2012): Bilal Philips acknowledges that sharia commands the killing of homosexuals and hopes for the day that it will be applied in Canada


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Les islamistes Abdur Raheem Green et Hamza Tzortzis présentent leur conférence dans les locaux de la MAC

    Adresse originale : http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201110/20/01-4459269-une-conference-dun-groupe-islamiste-aura-lieu-vendredi.php

    Auteur : Paul Journet
    Référence : La Presse, 20 octobre 2011

    Titre original : Une conférence d'un groupe islamiste aura lieu vendredi

    (Québec) La conférence de deux islamistes du Islamic Education and Research Academy (IERA), en Angleterre, doit finalement se dérouler demain soir à Montréal. La mosquée Al-Rawdha a accepté de louer la salle au groupe.

    La ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles, Kathleen Weil, affirme que les conférenciers «ne sont pas les bienvenus» et espère que l'événement n'ait pas lieu. Mais elle n'ose pas demander directement à la mosquée de l'annuler. «Je leur demande d'être sensible et de prendre leurs responsabilités face à ça, précise-t-elle. En tant que gouvernement, on ne peut pas demander aux institutions quoi faire. Moi, je ne prendrai pas le téléphone pour dire aux gens quoi faire. Mais je souhaite (qu'ils annulent la conférence).»

    La mosquée a indiqué qu'elle ne faisait que louer sa salle au groupe. Elle a référé nos demandes d'interview à l'Association musulmane du Canada, qui n'a pas retourné nos appels.

    Abdur Raheem Green et Hamza Tzortzis, les deux conférenciers, font la promotion de propos homophobes, antisémites et misogynes. Abdur Raheem Green a déjà affirmé que le Coran autorisait les hommes musulmans à utiliser «une certaine forme de force physique pour protéger leurs femmes contre le mal». Il faudrait selon lui «criminaliser l'homosexualité au même titre que la pédophilie et le cannibalisme». Les gais devraient être lapidés, a déjà écrit M. Green.

    Mardi, l'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une motion pour demander au gouvernement fédéral de ne pas accueillir ces deux individus au Canada. Or, les élus ont appris par la suite que les deux islamistes étaient déjà arrivés au pays pour y donner une série de conférences.

    La ministre Weil indique qu'il est plus compliqué d'expulser des individus du pays que de refuser leur entrée. «Et ce n'est pas notre juridiction, ça relève du fédéral. Moi, je ne connais pas de base juridique pour que le gouvernement du Québec le demande.»

    L'hôtel Sheraton de Toronto a refusé la semaine dernière d'accueillir une conférence de l'IERA (information en anglais ici et ici). Face à la controverse, l'Association musulmane de Concordia, qui organise la conférence montréalaise de l'IERA, a décidé de ne pas la tenir à sa propre université. Ils ont demandé au Collège Vanier. L'établissement a finalement refusé après avoir pris connaissance des positions du groupe.


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Islamic Relief Canada presents itself as a zakat collector

    In another document, Islamic Relief Canada lists eight categories of beneficiaries for the money that it collects.

    According to the Muslim Brotherhood-endorsed manual of sharia Umdat al-Salik:

    1. It is not permissible to give zakat to non-Muslims. (section h8.24)
    2. A portion of the zakat that is being collected will fund jihad. (section h8.17)

    islamic relief zakat


    0 0
  • 10/10/12--04:44: Islamic Relief
  • Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    – IslamicReliefCanada.org (October 9, 2012): Islamic Relief Canada presents itself as a zakat collector

    – IslamicReliefCanada.org (October 9, 2012): Islamic Relief Canada lists eight categories of zakat beneficiaries


    0 0

    Profils / Profiles

    Articles

    Références / References

    – IIIT (December 18, 1990): Endorsement of the manuel of sharia Umdat al-Salik (older versionnewer version)


    0 0

    Profils / Profiles

    – Discover the Networks: The World Assembly of Muslim Youth (WAMY) is the world's largest Muslim youth organization

    Articles

    – Point de Bascule (8 mars 2012) : L’école Dar al-Iman et la MAC ont reçu des fonds d’une organisation islamiste liée à Al-Qaïda dont le statut d’œuvre de bienfaisance vient d’être révoqué

    – Point de Bascule (10 avril 2012) : Schéma : Les liens de la MAC avec des organisations qui financent le terrorisme

    – Point de Bascule (11 juin 2012) : Un doyen de l’Université islamique de Gaza encourage la conquête islamique de l’Espagne et du Vatica

    Références / References

    – Steve Merley (NEFA Foundation – April 14, 2008): Organizations has strong ties to the global Muslim Brotherhood and/or Saudi institutions such as the World Assembly of Muslim Youth (WAMY)

    – The Chronicle of Higer Education (December 29, 2008): The Islamic University of Gaza was established by the founder of Hamas, Sheikh Ahmed Yassin

    – GMBDR (April 1, 2009): The Islamic University of Gaza (IUG) is supported by WAMY (L’Université islamique de Gaza (UIG) est appuyée par la World Assembly of Muslim Youth)

    – Canada Revenue Agency (August 23, 2011): Motives for revoking WAMY-Canada’s charitable status (GlobalPhilanthropy.ca – Archives PdeB)

    – Agence du revenu du Canada (5 janvier 2012) : Des documents de l’ARC indiquent que WAMY-Canada et Benevolence International Foundation (BIF) partageaient la même adresse et que certains de leurs dirigeants étaient les mêmes

    – Agence du revenu du Canada (2 février 2012) : Sommaire des motifs de révocation du statut d'organisme de bienfaisance (www.arc.gc.ca – Archives PdeB)

    – Point de Bascule (7 mars 2012) : Liste des donataires de WAMY de 2000 à 2003

     



    0 0
  • 10/16/12--07:36: Qatar
  • 0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Programme et participants au colloque Le halal dans tous ses états

    Adresse originale : http://www.celat.ulaval.ca/wp-content/uploads/2012/10/Programme-Colloque-Halal-r%C3%A9acualis%C3%A9-12-octobre.pdf
    La reproduction de l'original est disponible en cliquant ICI

    Université du Québec à Montréal
    24-25 octobre 2012

    Acronymes mentionnés :

    CERII – Chaire d’enseignement et de recherches interethniques et interculturels (CERII) de l’Université du Québec à Chicoutimi
    CELAT
    – Centre interuniversitaire et interdisciplinaire d’études sur les arts, lettres et traditions
    EHESS
    – École des hautes études en sciences sociales (Paris)
    IREMAM
    Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Marseille / Aix)
    UdeM
    – Université de Montréal
    UQAC
    – Université du Québec à Chicoutimi
    UQAM
    – Université du Québec à Montréal

    Liste des participants :

    Samir AMGHAR – Institut d’études de l’islam et du monde musulman EHESS
    Présentation du conférencier

    Daniel ARSENAULT – CELAT UQAM
    Présentation du conférencier

    Allison BAIN CELAT Université Laval
    Présentation de la conférencière

    Salah BASALAMAH – Université d’Ottawa
    Fiche personnelle sur Point de Bascule

    Florence BLACKLER-BERGEAUD – Institut d'Étude et de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman CNRS (France)
    Wikipedia

    Karijn BONNE – Artevelde University College (Belgique)

    Pierre BOSSET – Département d'études juridiques UQAM
    Présentation du conférencier

    Mostafa BRAHAMI – Université de Lausanne (Suisse)
    Liste de ses livres publiés aux Éditions Tawhid

    Anne-Marie BRISEBARRE – Collège de France et EHESS (France)
    Wikipedia

    Patrice BRODEUR – Chaire Canada Islam, pluralisme et globalisation UdeM
    Présentation du conférencier

    Mamadou DIMÉ – CERII / Université de Saint Louis (Sénégal)

    Khadiyatoulah FALL – CERII / CELAT / UQAC
    Présentation du conférencier

    Otmani FETHALLAHÀ votre service (AVS) France

    Annick GERMAIN – Centre Urbanisation Culture et Société INRS (Montréal)
    Présentation de la conférencière

    Mouloud HADDAD – EHESS (Paris)
    Présentation du conférencier

    Kabir HASSAN – University of New Orleans (États-Unis)
    Biographie

    Denise HELLÉ – Centre Urbanisation Culture et Société INRS (Montréal)

    Abdelmajid HMAITTANE Département des sciences économiques et administratives UQAC
    Présentation du conférencier

    Christine JOURDAN – Université Concordia (Montréal)
    Présentation de la conférencière

    Stéphane LATHION – Groupe de recherche sur l’islam en Suisse
    Curriculum vitae

    Mouhamed LY – CERII / CELAT / IFAN-UCAD

    Bouazza MACHE – Markethnic
    Twitter

    Roxane MARCOTTE – Études religieuses UQAM
    Présentation de la conférencière

    Deirdre MEINTEL – Groupe de recherche Diversité urbaine UdeM
    Page personnelle

    Jean-René MILOTChaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté UQAM
    Présentation du conférencier

    Stéphane PAPI – IREMAM (Marseille / Aix)
    Présentation du conférencier

    Tariq RAMADAN (par vidéo)
    Fiche personnelle sur Point de Bascule

    Joe REGENSTEIN – Cornell University’s Kosher and Halal Food Initiative
    Présentation du conférencier

    Christine RODIER – Université de Lausanne (Suisse)
    Présentation de la conférencière

    Raymonde VENDITTIChaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté UQAM
    Présentation de la conférencière

    Programme – COLLOQUE INTERNATIONAL ET INTERDISCIPLINAIRE

    Le halal dans tous ses états

    Adresse originale : http://www.celat.ulaval.ca/wp-content/uploads/2012/10/Programme-Colloque-Halal-r%C3%A9acualis%C3%A9-12-octobre.pdf

    La problématique de la consommation halal en Occident et en contexte d’islam minoritaire : normes, objets, acteurs, enjeux, discours et vivre-ensemble

    -------------------------------------

    Halal in all its forms. Issues of Halal consumption in the West and in the context of a Muslim minority

    ------------------------------------

    DATE : 24 et 25 octobre 2012
    LIEU : Université du Québec à Montréal (UQÀM)
    315, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H3C 3P8, CANADA Métro Berri-UQÀM
    Entrée par le Pavillon R (Sciences de la gestion) pour aller au Pavillon D (Althanase-David, salle D-R200= Salle de la reconnaissance)

    Ce colloque a reçu l’appui financier du Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC), de l’Université du Québec à Chicoutimi, de la Chaire CERII et du Centre interuniversitaire CELAT

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    PROGRAMME DU COLLOQUE

    ********************

    MERCREDI 24 OCTOBRE 2012
    8h-9h :
    Inscriptions

    9h-9h30 :
    Mots de bienvenue : Khadiyatoulah Fall (CERII/CELAT), Allison Bain (CELAT-ULAVAL) et Daniel Arsenault (CELAT-UQAM)
    Présentation du programme du colloque et autres informations : Mamadou Dimé (CERII/UQAC-UGB)

    9-30-10h :
    Présentation des résultats d’un « Sondage pancanadien sur la perception du halal » Journal de Montréal, Léger marketing, Groupe de recherche sur le fait halal au Canada
    Présentation d’un vidéo-micro-trottoir (5 minutes) sur le halal au Québec : Symage Media, Markethnic (Bouazza Mache) et CERII

    PAUSE-CAFÉ

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    10h30-11h30 - SÉANCE 1 – LA QUESTION HALAL : ÉLÉMENTS DE REPÈRE ET ENJEUX CONTEXTUELS

    Président de séance : Daniel Arsenault, CELAT-UQAM, Québec
    Khadiyatoulah Fall CERII/CELAT/UQAC, Mamadou Dimé CERII-UQAC et UGB Mouhamed Abdallah Ly, CERII/CELAT et IFAN-UCAD, L’expression «halal» comme formule : les enjeux d’un débat
    Bouazza Mache, MarkEthnic, Montréal, Le marché canadien et québécois du halal au canada : état de l’offre et de la demande

    11h30-12h30 SEANCE 2 – LE HALAL : DIMENSIONS RELIGIEUSES, SPIRITUELLES ET ETHIQUES
    Président : Patrice Brodeur, Chaire de recherche du Canada Islam, pluralisme et globalisation, Université de Montréal, Québec

    Communications :
    Mostafa Brahami, professeur d’économie et de management, chercheur en éthique, Lausanne, Suisse : Les sources religieuses de légitimation du halal et la dimension spirituelle
    Otmani Fethallah, manager général d’AVS, France : Du halal à une éthique islamique de la consommation

    12h30-13h30 PAUSE-LUNCH

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    13h30-14h30 SÉANCE 2 (SUITE) - LE HALAL : DIMENSIONS RELIGIEUSES, SPIRITUELLES ET ETHIQUES
    Présidente : Anne-Marie Brisebarre, Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France et EHESS, France
    Mouloud Haddad, EHESS, Centre d’histoire sociale de l’islam contemporain, France : Un islam de la permissivité ? La question du hâram et du halâl chez les disciples de Shaykh Nâzim al-Haqqani

    Christine Rodier, Chaire Migrations, religions, diasporas, Université de Lausanne, Suisse : Manger pour croire. Apparition de nouvelles figures de mangeurs

    PAUSE-CAFÉ

    14h45-16h45 SEANCE 3 – HALAL ET/OU CACHÈRE AU CANADA ET LIBERTÉ DE RELIGION

    Présidente : Annick Germain, INRS-UCS, Montréal, Québec
    Communications :
    Denise Helly, INRS-UCS, Québec : Les régimes relations Etat-Religion en démocratie et le traitement de la liberté religieuse
    Pierre Bosset, Département d’études juridiques, UQAM, Québec : Le cadre juridique des viandes cachère et halal au Canada : réglementer au nom de quoi, et sans prendre parti ?
    Salah Bassalamah, Université d’Ottawa : Du sentiment d’appartenance. Entre l’«islamique» et le «halal»
    Jean-René Milot et Raymonde Venditti, CRIEC, UQAM, Québec : Le halal, les accommodements et le vivre-ensemble au Québec

    PAUSE-CAFÉ 

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    17h-18h SEANCE 3 – MARCHE, CERTIFICATION ET CONSOMMATION DU HALAL ALIMENTAIRE
    Présidente : Christine Jourdan, Department of Sociology and Anthropology, Université Concordia, Montréal
    Communications :
    F
    lorence Bergeaud-Blackler, Institut d'Étude et de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM-CNRS), France : La consommation halal en France : marchés, enjeux, sens
    Karijn Bonne, Artevelde University College, Belgique, Halal Meat Consumption Decision-making among Muslim consumers in Belgium

    *******************************

    JEUDI 25 OCTOBRE 2012

    8H-30-10h30 SEANCE 4 – LA QUESTION HALAL : REVENDICATIONS, INCOMPRÉHENSIONS, CULTURES, IDENTITÉS ET ESPACE PUBLIC
    Présidente : Florence Bergeaud-Blackler, IREMAM-CNRS, France
    Communications :
    Anne-Marie Brisebarre, Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France et EHESS, France, Fêter l’ayd al-kabir en France : du sacrifice du mouton à domicile à l’achat d’une carcasse sur Internet
    Stéphane Lathion, Groupe de recherche sur l’islam en Suisse, Suisse : Plus de halal = plus d’intégration ? Eclairages francophones (Suisse – France)
    Samir Amghar, Institut d’études de l’islam et du monde musulman/École des hautes études en sciences sociales, France : Le halal chez les musulmans de France : affirmations identitaires ou logiques de distinction alimentaire ?
    Stephane Papi, IREMAM, France : Repas halal dans les cantines scolaires françaises

    PAUSE-CAFÉ

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    11h-12h30 SÉANCE 5 – LE HALAL, UNE DIMENSION PAS SEULEMENT ALIMENTAIRE : D’AUTRES OBJETS HALAL
    Président : Abdelmajid Hmaittane, Département des sciences économiques et administratives, UQAC
    Kabir Hassan, University of New Orleans, États-Unis : The Global Financial Crisis and the Islamic Finance Renaissance (La crise financière mondiale et les alternatives par la finance islamique). Traduction par alternance
    Roxanne Marcotte, Études religieuses, UQAM, Québec : Musulmans en ligne et sexualité – licite et illicite
    Joe Regenstein, Cornell University’s Kosher and Halal Food Initiative, Ithaca, États-Unis : Religious Slaughter and Animal Welfare : Is Religious Slaughter unhuman ? A Scientific Point of View (abattage rituel et bien-être animal : l’abattage rituel est il inhumain ? Un point de vue scientifique). Traduction par alternance

    12h30-13h30 PAUSE-LUNCH

    13h30-15h30 – SÉANCE 6 : Table-ronde avec les partenaires sociaux : autorités religieuses, industriels et commerçants, services gouvernementaux, journalistes, consommateurs
    Modérateurs : Denise Helly, INRS-UCS et Bouazza Mache, Markethnic, Montréal
    a) Présentation vidéo : Dr Tariq Ramadan : redonner un sens à la consommation halal (10 mn)
    b) La question halal : enjeux religieux, identitaires, défis d’intégration et vivre-ensemble
    c) Le marché halal : potentiel économique, certification, transparence

    15H30-16H – CONSIGNES POUR LES ACTES DU COLLOQUE – CLÔTURE DU COLLOQUE
    Contacts : Khadiyatoulah Fall, CERII et CELAT, Université du Québec à Chicoutimi, 555, Boulevard de l’Université, Chicoutimi (Québec), Canada, G7H 2B1; Téléphone : (1) 418 545 5011 poste 5633 ou 5522 Télécopieur : (1) 418 545 5430 ou (1) 418 545 5012, kfall@uqac.ca

    Les organisateurs suggèrent, pour l’hébergement, le Quality Hotel Downtown, Montréal, 3440, Avenue du Parc, Montréal


    0 0
  • 10/24/12--18:04: Trois fois trop d’halal ?

  • AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Trois fois trop d’halal ?

    Auteur : Stéphan Dussault
    Référence : Journal de Montréal, 20 octobre 2012, p.3

    Titre original : Trois fois trop d’halal ?

    Autre titre : De l’halal dans nos assiettes

    Les Québécois qui ne veulent pas consommer la viande d’un animal égorgé sans avoir d’abord été insensibilisé devront s’y faire. Pour l’instant, ils mangent bien souvent halal sans le savoir.

    L’abattage rituel, pratiqué par les communautés musulmanes et juives, consiste à saigner un animal à froid, sans l’avoir d’abord insensibilisé.

    Dans le monde occidental, la règle veut plutôt qu’on étourdisse d’abord le boeuf, le veau, l’agneau ou la volaille, soit par une décharge électrique, soit à l’aide d’un pistolet.

    Dans le milieu scientifique, la chose est entendue : une insensibilisation bien faite diminue la douleur animale.

    Bien accommodant

    C’est ce qui semble le plus préoccuper plusieurs non-musulmans, qui ne veulent pas manger la viande d’un animal ayant souffert plus que nécessaire. Or, l’abattage rituel est une dérogation pour contenter l es communautés juives et musulmanes.

    Selon les données du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec ( MAPAQ), on déroge d’ailleurs plus que moins. Environ 8 % des animaux des abattoirs sous sa j uridiction seraient égorgés sans avoir été insensibilisés.

    C’est trois fois plus que nécessaire, les Québécois musulmans représentant 2,5 % de la population, soit environ 200 000 musulmans sur 8 millions d’habitants.

    Encore plus?

    Pourquoi en abattre autant? «Parce que c’est bien plus facile de n’utiliser qu’une seule méthode dans l’abattoir. On n’a pas à séparer ce qui est halal de ce qui ne l’est pas», répond André Forget, directeur de l’Abattoir Jacques Forget, à Terrebonne.

    À cet endroit, tout le boeuf et l’agneau sont égorgés sans avoir été insensibilisé. «Environ 70 % de notre production est vendue pour la communauté musulmane. Le reste va dans le réseau des supermarchés, sans étiquetage spécifique», dit M. Forget.

    En mars dernier, une autre visite du Journal, cette fois-ci à l’abattoir NutriCailles de Sainte- Hélène- de- Bagot, a permis de constater que l’ensemble des 12000 volailles y était égorgé de façon rituelle par un musulman.

    Changements en vue?

    «Ce type d’abattage ne correspond pas, selon moi, aux valeurs du Québec», de déplorer alors le député péquiste et vétérinaire André Simard.

    S’il a été battu aux dernières élections, son parti, lui, est maintenant aux commandes de la province. Et M. Simard occupe maintenant un poste de conseiller politique pour le nouveau ministre du MAPAQ, François Gendron.

    Musulmans ouverts

    Des musulmans sont déjà prêts à faire des compromis. Khadiyatoulah Fall est l’un d’eux. Ce musulman et titulaire de la Chaire d’enseignement et de recherche interethniques et interculturels à l ’ Université du Québec à Chicoutimi est l’un des plus ferrés au Québec sur la question de l’halal. Et il est réceptif à un assouplissement des pratiques.

    «Les jeunes musulmans sont particulièrement sensibles à la souffrance animale, dit- il. Et ils sont ouverts à l’idée de cesser l’abattage rituel si ça peut sauver l’identité musulmane.»

    La question sera bientôt abordée à fond. Le professeur Fall organise un colloque international intitulé «Le halal dans tous ses états», qui se tiendra à Montréal les 24 et 25 octobre prochains.


    0 0
  • 10/24/12--18:04: Pas à la cafétéria
  • AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    Pas à la cafétéria

    Adresse originale : http://www.journaldemontreal.com/2012/10/19/pas-a-la-cafeteria

    Auteur : Stéphan Dussault
    Référence : Journal de Montréal, 20 octobre 2012, p.

    Titre original : Pas à la cafétéria

    Les Québécois n’ont pas trop de ­problème à manger de la viande halale, mais pas au point d’ouvrir les lieux publics à ce rituel religieux. Deux Québécois sur trois refuseraient d’accommoder la communauté musulmane et de permettre la nourriture halale à l’école, à l’hôpital ou au travail, conclut un sondage Léger Marketing réalisé pour le Journal.

    Près de 70 % des Québécois s’opposent ainsi à ce qu’on offre des produits halals dans les cafétérias de l’administration ­publique ou municipale. Même chose pour les prisons et les garderies (68 %).

    Curieusement, on se montre un peu plus conciliant (63 %) pour les malades de confession musulmane dans les hôpitaux.

    « Généralement mal vu »

    «Ces résultats ne me surprennent pas. Généralement, tout ce qui empiète dans l’espace public est mal vu», commente Khadiyatoulah Fall, musulman, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi et spécialiste de l’islam.

    Un avis partagé par Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger Marketing : «Que ce soit pour la religion musulmane ou pour toute autre religion, les Québécois n’en veulent plus dans leur quotidien.»

    Une situation que plusieurs musulmans espèrent voir changer. À commencer par Youssef Fofana, imam à la Mosquée ­Tawuba, sur la rue Ontario, à Montréal.

    «Viendra un jour où les gens comprendront que les étudiants et les malades ont aussi droit à de la nourriture halale», dit-il.

    Étiqueter l’halal

    Si les Québécois sondés n’en veulent pas à l’école ou à l’hôpital, ils sont ouverts à la viande halale au supermarché. Seulement, ils veulent être mis au courant. Ainsi, 82 % des répondants souhaitent voir ces produits étiquetés comme tels.

    «Les Québécois ont besoin de savoir, mais, en même temps, ils sont ouverts à l’halal», estime Khadiyatoulah Fall.

    «Ce genre de réponse nuancée témoigne d’un grand degré de maturité de la population québécoise», ajoute Djemila ­Benhabib, grande défenseure de la laïcité et candidate péquiste défaite à Trois-­Rivières aux dernières élections.

    M. Fall demande même que le gouvernement prenne les devants pour mettre en place un système efficace d’étiquetage.

    Pratique cruelle

    En France, on a proposé que les emballages mentionnent «Viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement» afin de bien marquer le fait que l’abattage rituel peut être plus douloureux pour l’animal.

    Près de la moitié des Québécois sondés estiment d’ailleurs que l’abattage rituel est cruel. En même temps, le tiers n’a pas d’opinion ou refuse de répondre à cette question.

    «Pourtant, ce débat a été très médiatisé. Les gens devraient avoir une opinion. Ça montre que la souffrance animale n’est pas un élément primordial aux yeux des Québécois sur cette question», estime Khadiyatoulah Fall.

    Méconnaissance

    «Ça démontre surtout que les Québécois n’ont pas une bonne compréhension de ce qu’est l’abattage rituel», répond Christian Bourque.

    On est un peu tenté de lui donner raison quand on constate que 65 % des répondants sont préoccupés par les questions d’hygiène et de santé dans les abattoirs halals.

    Car si l’abattage rituel est peut-être plus cruel, il n’est certainement pas plus dangereux pour la santé, concluent autant les ­vétérinaires que le MAPAQ et son équivalent à Ottawa, l’Agence canadienne ­d’inspection des aliments.


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    HALAL - Une pratique cruelle, tranche la science

    Adresse originale : http://www.journaldemontreal.com/2012/10/20/une-pratique-cruelle-tranche-la-science

    Auteur : Stéphan Dussault
    Référence : Journal de Montréal, 21 octobre 2012, p.4

    Titre original : HALAL - Une pratique cruelle, tranche la science

    «Je ne vois pas de problème à ce que l’animal soit étourdi avant d’être égorgé si c’est ça l’évolution. L’important, c’est qu’il soit vivant avant qu’on l’égorge.»

    – Abdelkrim Chenna, boucher musulman à la Boucherie Syr, à Paris.

    «L’abattage rituel, c’est bien moins douloureux. Deux secondes et la bête est dans le coma.»

    – Redouane Benbabaali, boucher musulman à la Boucherie d’Aligre, à Paris.

    «On peut en parler longtemps, mais si tu dois mourir et que je te propose de t’égorger vivant ou de t’assommer avant de t’égorger, qu’est-ce que tu vas choisir?»

    – Un employé d’un abattoir québécois, qui a requis l’anonymat.


    Mais pourquoi donc les musulmans et les juifs s’entêtent-ils à égorger des animaux sans les avoir étourdis, se demandent plusieurs. Du côté musulman, la plupart des réponses se trouvent dans le Coran.


    Le livre saint des musulmans interdit d’abord de manger une charogne.

    «Or, avec l’étourdissement, on n’est jamais certain que l’animal est vivant au moment du sacrifice», signale Fateh Kimouche, musulman et fondateur du très populaire blogue français Al-Kanz, qui a généré 4,5 millions de visites l’an dernier.

    Le Coran interdit aussi de faire souffrir un animal. «C’est une vaste farce de penser que l’abattage rituel est plus cruel», insiste d’ailleurs M. Kimouche.

    La foi ou la science ?

    «Ceux qui disent ça font preuve d’une mauvaise fois terrible. Ils ne se basent sur rien de valable», rétorque la biologiste Aurélia Warin-Ramette, de l’organisme Protection mondiale des animaux de ferme.

    «De toute façon, c’est comme demander à un bourreau si son condamné a souffert», râle l’ancien sénateur français Nico­las About.

    À la Fédération des vétérinaires d’Europe, on martèle depuis des années que l’abattage sans étourdissement est inacceptable. «La souffrance de l’animal ne fait aucun doute et est reconnue de tous. Des études scientifiques ont été menées et le prouvent», assurait son président Christophe Buhot.

    Les Québécois préoccupés

    Près d’un Québécois sur deux (46 %) est aussi d’accord pour dire que l’abattage rituel est cruel, révèle un sondage Léger Marketing réalisé pour le Journal en collaboration avec le colloque «Le halal dans tous ses états» qui débute mercredi prochain à Montréal.

    «Si les choses sont bien faites, l’étourdissement peut générer une perte de conscience immédiate», dit Claudia Terlouw, chercheuse à l’Institut national de la recherche agronomique, rencontrée à Paris.

    «Ce n’est pas le cas de la saignée sans étourdissement. Selon une étude, 30 % des bovins perdent conscience de 11 à 20 secondes après la saignée. Dans 8 % des cas, c’est plus d’une minute», dit-elle.

    Mort lente

    Pour l’agneau, on mentionne une moyenne de 14 secondes avant la perte de conscience, alors que pour le bœuf, ça va de 8 secondes à… 14 minutes.

    Le temps est prolongé, surtout quand le travail est mal fait. «Les employés n’ont pas tous la même compétence. Mal étourdir ou mal saigner peut être très douloureux pour l’animal», précise la chercheuse Claudia Terlouw.

    Photo jointe : Abdelkrim Chenna, boucher musulman à la Boucherie Syr, à Paris


    0 0

    AVERTISSEMENT

    Point de Bascule n’endosse pas le contenu de ce document. Il est archivé sur ce site uniquement à des fins de référence.

    WARNING

    Point de Bascule does not endorse the content of this document. It is archived on this website strictly for reference purposes.

    La France limite la production halal

    Adresse originale : http://www.journaldemontreal.com/2012/10/20/la-france-limite-la-production

    Auteur : Stéphan Dussault
    Référence : Journal de Montréal, 21 octobre 2012, p.5

    Titre original : La France limite la production

    On veut bien contenter musulmans et juifs, mais pas au point où l’abattage rituel devienne la norme.


    «L’abattage rituel est une série de règles humaines qu’on fait passer pour des règles divines afin de mieux les faire accepter par les fidèles.»

    – Nicolas About, ancien sénateur français

    «Le vrai problème c’est l’industrialisation. L’élevage intensif est une catastrophe pour l’animal.»

    – Fateh Kimouche fondateur du blogue Al-Kanz


    PARIS | Face à une hausse importante de la production de viande halal, certains pays commencent à limiter l’abattage rituel. C’est le cas en France, où une nouvelle loi est entrée en vigueur l’été dernier sans faire de remous, a constaté le Journal dans le cadre de ce reportage qui l’a conduit jusqu’en Europe.

    Il y a cinq ans, le gouvernement français a estimé que 49 % des agneaux et 12 % des boeufs abattus le sont à la façon musulmane, alors que cette communauté ne représente que 8 % de la population.

    Une enquête exhaustive de l’organisme OEuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir concluait plutôt que 28 % des boeufs et 62% des agneaux y sont saignés à froid, sans avoir été d’abord insensibilisés.

    Une dérive

    Devant cette «dérive», le gouvernement français vient de freiner la production de viande halale.

    Confortablement installé dans son bureau parisien bordant la Seine où il a reçu les représentants du Journal, l’ancien sénateur français Nicolas About a la voix posée, mais il ne décolère pas. «Je suis contre l’abattage rituel. Le fait qu’un animal souffre inutilement me

    révulse. Je suis médecin. C’est comme si on laissait souffrir un malade. Je suis prêt à faire un compromis, mais là, avec autant de bêtes abattues, on ne parle plus d’une dérogation...»

    C’est pourquoi Nicolas About a proposé en 2010 de modifier la loi pour que la quantité d’animaux abattus de façon rituelle se rapproche davantage de la proportion de musulmans en France.

    «Les politiciens avaient la trouille. Personne ne voulait discuter de cette proposition de loi. Finalement, j’ai démissionné.»

    Deux ans plus tard, ses efforts sont finalement récompensés. Depuis juillet dernier, un décret gouvernemental limite l’abattage rituel en France.

    De la fourche à la fourchette

    «Maintenant, nous devons veiller à ce que la production soit réservée aux communautés concernées. Ça se fait par des spots checks », explique Ouahrani Redouane, vétérinaire et directeur adjoint, en banlieue de Paris, de la Protection des populations, un organisme gouvernemental d’inspection «de la fourche à la fourchette», comme il se plaît à résumer son travail.

    En clair, cela signifie que chaque abattage rituel devra s’accompagner d’une commande correspondante, par exemple d’une boucherie musulmane.

    Aurélia Warin-Ramette, biologiste française à l’organisme Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF), est satisfaite de ce décret.

    «Maintenant, on espère qu’il sera vraiment mis en application. Et ça, ce n’est pas gagné», dit-elle.


older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 15 | newer